La fabrication

Retour

Cuisson

Après concassage, les pierres de granulométrie 0-150 mm, provenant des carrières souterraines sont mélangées au charbon d’une qualité bien déterminée avant d’être introduites dans les fours verticaux traditionnels.

La cuisson des pierres dans ce genre de four se fait à température basse et à large spectre thermique.

En effet, la température de cuisson varie de 500° C à 1200° C. Ce phénomène est dû à plusieurs facteurs :
- intensité variable du courant d’air à l’intérieur du four due à une répartition granulométrique hétérogène de la pierre. Cela induit localement une activation plus ou moins forte de la combustion;
- répartition inégale du charbon dont les cendres peuvent provoquer localement une fusion des pierres;
- présence de matière organique dans la pierre qui, en se calcinant, apporte des calories.

Le pilote du process dispose de différents paramètres pour conduire le four :
- examen visuel de la surface au sommet des fours
- température des fumées
- réglage de la ventilation
- visualisation du foyer grâce aux thermocouples

Il peut régler la marche du four en jouant sur :
- le nombre et le volume des charges
- le taux de charbon de la charge
- la modulation de la ventilation
- le temps d’extraction

A la sortie du four, les pierres sont appelées « grumes ». Elles peuvent être classées en trois catégories : incuites, cuites et surcuites (cf. caractéristiques minéralogiques) en fonction du niveau de cuisson qu’elles ont subi. Un bon ciment naturel se distingue par un mélange dans de bonnes proportions de ces différentes grumes. Avec un process de cuisson moderne comme le four rotatif, il est possible de cuire la matière première avec des températures maîtrisées, par exemple entre 800° C et 900° C. Cela donne un ciment certes naturel mais dont la minéralogie n’est pas représentative des ciments naturels du XIXe siècle.

Ce processus de cuisson est inchangé depuis le XIXe siècle. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

four vertical

En téléchargement
cuisson.pdf
100,22 kB